Portrait de Primo Levi, chez lui, à Rome, en janvier 1986
Ma Biographie
27/4/2022

Une Autobiographie à lire – Si c'est un homme, Primo Levi

Aujourd'hui, dans Une autobiographie à lire, nous vous faisons découvrir le destin tragique de Primo Levi, raconté au travers de son œuvre Si c’est un homme. Le parcours de Primo Levi se complique dès l’adolescence, mais à l’âge adulte, il bascule en enfer.

Considéré comme le meilleur témoignage de la Shoah, découvrons ensemble l’œuvre et le parcours traumatisant du chimiste et écrivain, Primo Levi.

Le parcours de Primo Levi

Primo Levi naît en 1919 dans le quartier de Crocetta à Turin dans une famille juive. Sa religion lui vaut de nombreuses moqueries pendant son enfance. Malgré la promulgation des lois raciales par le régime de Mussolini en 1938, il continue sa scolarité.

Passionné par la chimie, il s’inscrit à l’université de Turin. Avec la montée croissante du fascisme, il éprouve de fortes difficultés à trouver un superviseur pour sa thèse. Malgré cela, il obtiendra son doctorat en 1941.

La difficulté pour trouver un emploi s'accroît. Il trouve finalement un poste dans une mine d'amiante de San Vittore sous une fausse identité pour secret militaire. Durant cette période, il rédigera plusieurs histoires qu'on retrouvera dans Le Système périodique. Son père décède en 1942.

Primo Levi rejoint sa famille dans leur maison de campagne à Turin. Ils embarquent tous pour le val d'Aoste pour se cacher provisoirement. Se sachant repérés par les autorités, ils s'enfuient jusqu'à Amay dans le Col de Joux. En 1943, il s’engage dans le mouvement Giustizia e Libertà de la Résistance italienne. Il sera dénoncé aux autorités par un infiltré du groupe.

Portrait figurant sur la fausse carte d’identité de Primo Levi
Portrait figurant sur la fausse carte d’identité de Primo Levi en 1943

Après deux mois au camp d’internement de Fossoli, il est déporté au camp d’Auschwitz en 1944. Levi, assigné au camp de Monowitz, doit fournir la main-d'œuvre au chantier pour l'usine de caoutchouc le Buna. Levi manque de mourir avec les autres prisonniers, employés comme « esclaves » à des travaux forcés au-dessus de leurs capacités.

À partir de novembre 1944, il devient assistant au laboratoire du Buna. Pendant plusieurs mois, il reçoit une ration de nourriture lui permettant de survivre jusqu'à l'évacuation du camp. Atteint de scarlatine, il évite la marche de la mort, où meurent la plupart de ses compagnons.

Avec des camarades, il crée une organisation permettant de subvenir à leurs besoins. Le 27 janvier 1945, alors qu'ils partent enterrer le premier mort de leur chambre, ils sont libérés par l'Armée rouge.

Traumatisé par son passage à Auschwitz, il raconte son histoire dans Si c’est un homme en 1947. Il se marie avec Lucia Morpurgo la même année. En plus de son activité de chimiste, Primo Levi entame une carrière d'écrivain dans les années 1960.

Portrait de Primo Levi, dans son bureau, les mains sur sa machine à écrire
Portrait de Primo Levi, dans son bureau, les mains sur sa machine à écrire © Gianni Giansanti / Getty

Victime d'épisodes de dépression récurrents depuis la fin de la guerre, Primo Levi garde en tête le traumatisme d'Auschwitz. Il se suicide dans des escaliers en 1987, à l'âge de 67 ans.

Une autobiographie thérapeutique

Si c’est un homme raconte l'expérience vécue dans le camp d’extermination d’Auschwitz, lors de la Seconde Guerre Mondiale. Primo Levi raconte son quotidien, la lutte et l’organisation pour la survie des prisonniers.

Couverture du livre montrant des déportés derrière du fil barbelé
Couverture du livre © Éditions Pocket

Le livre raconte l’horreur de la déshumanisation au cœur des camps. Raconté de façon neutre et dépassionnée, son récit nous fait ressentir l’humiliation que les nazis ont pu faire à ces hommes… Le rôle des kapos, qui sont sélectionnés pour leur violence, ou encore la hiérarchie du camp y est expliquée.

Son témoignage est aussi marqué par la crainte et le désintérêt complet des prisonniers. La solidarité est totalement absente. Si c'est un homme témoigne avec réalisme, mais sans haine de la déshumanisation des êtres.

Primo Levi y décrit la folie meurtrière du nazisme qui culmine dans la négation de l'appartenance des juifs à l'humanité.

Racontez votre histoire

Malgré les épreuves, Primo Levi a raconté son histoire pour que personne n’oublie le parcours vécu. La préservation de l’histoire est importante.

Transmettez, vous aussi, votre histoire à vos proches. La connaissance et la transmission de votre histoire permettra à votre entourage de mieux vous connaître. Vous laisserez une trace de vos aventures.

Entoureo est la solution : un service simple et ludique qui vous permet de créer, par vous-même, le livre de votre histoire. Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous !


Découvrez nos autres articles :

Suggestions d'articles

Pour ne rien rater !

Recevez les derniers articles du moment, des suggestions de recettes de cuisine, des activités à faire en famille et les offres promotionnelles
Offres en exclusivité !